L’histoire continue

  • 12 novembre 2014 Aucun commentaire
    calendrier
    comments

    Archives de Meurthe-et-Moselle, salle de lecture, espace des inventaires :
    quelques volumes de l’inventaire de Lancelot.
    © JL/Depart. de Meurthe-et-Moselle.

    La dématérialisation d’un instrument de recherche du 18e siècle :
    le projet « Lancelot » des archives de Meurthe-et-Moselle

    Aux archives de Meurthe-et-Moselle, malgré la création depuis plus de dix ans maintenant, au fil des traitements des entrées, de bases structurées sous forme électronique (avec le module d’aide au classement du logiciel Arkhéïa), le processus de dématérialisation n’avait pas encore été mené à son terme : la diffusion en ligne. En ouvrant à la consultation sur le site Internet du service les premiers volumes de l’inventaire manuscrit du trésor des chartes de Lorraine, établi sous la direction d’Antoine Lancelot de 1737 à 1740, un premier jalon est posé. Pour ce coup d’essai, avant d’élargir rapidement la diffusion des ressources en ligne aux bases informatiques structurées originellement, ce n’est pas la voie de la facilité qui a été choisie, mais bien celle d’une réalisation emblématique autour d’un cas plutôt unique en son genre dans le paysage archivistique français.
    En deux séquences successives sur ce blog seront présentées : la genèse du projet, liée à l’intérêt scientifique majeur de cet inventaire analytique manuscrit du 18e siècle en trente-trois volumes in-folio ; la méthode adoptée pour ce chantier de très longue haleine, exigeant des moyens financiers et humains exceptionnels (donc à obtenir par surcroît), et techniquement très complexe puisqu’il a requis des tâches de transcription de manuscrit, d’édition de texte ancien, de structuration selon les normes de description actuelles, d’encodage.

  • calendrier
    comments
    Famille de figues sur une table rouillée par une nuit d’été © Photo Myriam Pauillac

    Présentation du moteur de recherche Bach

    Dans un billet précédent, nous avions présenté les travaux de bibliothécaires et chercheurs qui ont abouti à une nouvelle génération de moteurs de recherche.
    Il était, bien entendu, tentant de s’inspirer de ces travaux et d’utiliser les outils disponibles pour élaborer un moteur de type nouveau pour les archives.
    Un certain nombre de questions se posait, compte tenu des spécificités de la description archivistique – description à plusieurs niveaux principalement – et des options étaient à prendre pour obtenir, dans un contexte plus complexe que celui des bibliothèques, des résultats satisfaisants et nettement plus pertinents que ceux des différents moteurs existants.
    Après plus de deux années de définition du projet, de développements, de tests et d’ajustements, il est temps de présenter Bach, moteur de recherche de nouvelle génération développé au sein de la société Anaphore.

  • 25 juillet 2014 1 commentaire
    calendrier
    comments
    Petit pont de pierre sur le ruisseau Le Colombier, dans la Montagnette. © Photo Louis Colombani

    Principe de recherche avec un moteur pour les archives

    Une des principales difficultés de notre métier… est de l’expliquer ! « Ah, vous faites de l’archivage ? Ah, vous mettez les archives sur ordinateur ? »

    Combien de fois avons-nous dû tenter de préciser les choses à nos interlocuteurs. Sans toujours beaucoup de succès. Et, si l’on dit qu’un bon dessin vaut mieux qu’un long discours, ce n’est pas facile de faire un dessin en toutes circonstances.

    C’est un peu dans cet esprit que nous avons décidé de rédiger ce petit texte : tenter de schématiser ce que peut être la mise en ligne pour des ressources archivistiques et, en particulier, à quoi peut servir un moteur de recherche.

  • calendrier
    comments
    Contre-jour sur l’océan Atlantique à Biarritz. © Photo Myriam Pauillac

    La description archivistique à l’ère du numérique – Part 2

    Dans un précédent post, nous avons rapporté les conclusions plutôt sévères de Baptiste de Coulon à propos de la description archivistique à l’ère du numérique. Et nous avons vu que ses constats n’étaient pas isolés.
    Baptiste attribue les lacunes observées à l’abandon de la culture de l’imprimé.

    Pour notre part, nous sommes convaincus de l’importance d’assumer l’héritage de la culture de l’imprimé mais, au-delà, de la nécessité d’élaborer une nouvelle culture du numérique.

    Cette deuxième partie est une invitation à retrousser ses manches pour initier l’invention de cette nouvelle culture dans le domaine des archives.

  • calendrier
    comments
    Rocher dans l’océan Atlantique à Biarritz. © Photo Myriam Pauillac

    La description archivistique à l’ère du numérique – Part 1

    Nous avions eu l’occasion, il y a quelques années, de travailler un peu avec Baptiste de Coulon, archiviste suisse, et nous avons découvert récemment son mémoire qui pose une question intéressante :
    « Les procédés actuels de mise en ligne permettent-ils aux inventaires d’archives d’être des supports fiables et efficaces de connaissances et d’apprentissage ? C’est-à-dire garantissent-ils les critères qui font, des inventaires, des documents de nature scientifique publiés ? » (p.8).

    Cette question rejoint une partie de celles que nous nous posons, chez Anaphore. C’est pourquoi, si notre propos ici n’est pas de résumer le mémoire cité – que nous vous invitons à lire en ligne – il nous a semblé intéressant de partir de son travail, de ses constats pour présenter quelques réflexions.

  • calendrier
    comments
    Rocher dans les Alpilles ©Myriam Pauillac et Louis Colombani

    Penser, modéliser (pour le web de données) – Part 2/2

    Deuxième article de Thomas Francart, sur le travail réalisé pour une modélisation de la description archivistique.

  • calendrier
    comments
    Rocher dans les Alpilles ©Myriam Pauillac et Louis Colombani

    Penser, modéliser (pour le web de données) – Part 1/2

    C’est poussés par la curiosité que nous avons, Myriam et moi, suivi le séminaire INRIA d’octobre 2012 sur le web des données. Notre intuition s’est alors confirmée, que le métier des archives ne pouvait rester à l’écart du vaste mouvement en cours vers les données liées. Et qu’un éditeur sérieux de logiciel pour les archives ne pouvait se contenter de mettre en œuvre une syntaxe, de rester sans prendre du recul, ni faire l’impasse d’une réflexion aboutissant à une modélisation, bref, ne pas préparer l’avenir et prendre en charge, autant que possible, pour ses utilisateurs, les évolutions prévisibles dans la pratique descriptive.

    C’est ensuite à l’occasion de tables rondes autour des langues et du numérique organisées par la délégation générale à la langue française et aux langues de France du ministère de la culture, que nous avons rencontré Thomas Francart et eu l’occasion de lui parler de nos projets. Ses compétences et expériences sur le web des données correspondaient parfaitement à nos besoins. Nous avons travaillé ensemble, dans nos locaux pour lui faire découvrir le monde fascinant des archives et nos réflexions sur une modélisation de la description archivistique. Puis, nous avons continué nos échanges à distance pour élaborer un modèle de description des fonds d’archives.

    Thomas a fait part, sur son blog, des réflexions que lui a inspirées ce travail. C’est avec plaisir que nous reprenons ses deux textes, avant de présenter plus en détail, mais plus tard, cette ontologie.

    Louis Colombani

  • calendrier
    comments
    Tranche de pin aux Baux de Provence, dans les Alpilles ©Anaphore

    Diffusion de données nominatives associées aux images de documents
    Le projet des archives départementales de Vaucluse

    Nous avions eu l’occasion d’aborder rapidement la problématique de la mise en ligne des registres matricules militaires dans un texte précédent.

    Sophie Izac-Imbert nous présente maintenant, de manière concrète et détaillée, la démarche des archives départementales de Vaucluse à laquelle Anaphore a le plaisir d’être associée.

  • calendrier
    comments
    Arènes loties d'Arles par J.B. Guibert - 18e siècle via Wikimedia Commons

    Les travaux récents d’Anaphore

    Les textes précédemment publiés sur ce blog rendaient principalement compte d’une partie du travail de veille d’Anaphore.

    Mais, l’activité d’Anaphore ne se limite pas à la veille. Des chantiers, nombreux et importants, sont conduits, les uns déjà terminés, d’autres en cours. Ces chantiers ne sont pas, bien entendu, sans rapport avec ce travail de veille et les liens entre les différentes composantes de notre activité devraient progressivement apparaitre clairement.

    Ce blog doit aussi rendre compte de nos travaux. Ce premier texte va en faire une présentation globale et partielle.

  • calendrier
    comments
    Philosophie présentant les Sept Arts libéraux à Boethius, 1460 - 1470, Maître de Coëtivy The J. Paul Getty Museum, Los Angeles, Ms. 42, leaf 2v

    Concevoir un accès aux instruments de recherche archivistiques

    Dans l’histoire d’un service d’archives, la mise en ligne des instruments de recherche qu’il produit constitue une étape majeure voire symbolique, l’archiviste livrant aux internautes le fruit de son travail de collecte, de classement et de description des fonds dont il assure la gestion.

    En effet, le rôle de l’archiviste est avant tout de porter l’existence de sources primaires à la connaissance des publics. Un tel projet nécessite de se poser les bonnes questions et d’évaluer ses enjeux en matière de médiation. Voici un retour d’expérience dans le domaine des archives des sciences humaines et sociales.