Tous les billets avec l'étiquette schéma XML

Réservistes de 1870, hôtel des Invalides, Paris. Pierre Georges Jeanniot. Wikipedia

Préparation de la mise en ligne des registres de recrutement militaire

Les registres de recrutement militaire

Voici une présentation rapide des registres de recrutement, dits registres matricules, faite à partir d’extraits de la page du service historique de la Défense.

Depuis le début du 19ème siècle, tout Français de sexe masculin a été inscrit sur au moins un tableau de recensement.
[...]

Les premiers registres matricules apparaissent en 1859, mais les séries sont continues à partir de 1867. Ces documents sont établis par les bureaux de recrutement, dont le ressort peut englober des cantons situés dans des départements limitrophes ; ils sont composés d’une succession de fiches individuelles, qui fournissent les renseignements suivants :
• nom, prénom, état civil détaillé ;
• signalement (couleur des cheveux et des yeux, forme du front, du nez et du visage, taille, marques particulières) ;
• renseignements divers sur les qualités, diplômes et aptitudes de l’individu ;
• degré d’instruction ;
• observations : on indique dans cette case si l’inscrit est soutien de famille, s’il demande un sursis d’incorporation, s’il est fils d’étranger, naturalisé, réintégré, etc. Sont également précisés les changements de résidence et l’adresse précise de l’individu, ou encore les maladies dont il souffre.
[...]

À partir de 1905 et la fin du tirage au sort, tout individu de sexe masculin doit se faire recenser auprès du bureau de recrutement (appelé ensuite bureau du service national) dont relève son domicile. Il entre alors dans une classe, dont le numéro correspond à l’année de ses vingt ans […] et se voit attribuer un numéro de matricule et un dossier. Ces dossiers, regroupés en registres matricules, sont conservés par le bureau du service national…

On pourra aussi consulter le billet Tour de France des matricules sur le blog « Sources de la Grande Guerre ».

La mise en ligne des registres matricules

Ces documents constituent une source privilégiée pour les généalogistes en ce qu’ils permettent d’accéder à une description assez détaillée des conscrits. Ils peuvent également constituer une source statistique et démographique.
Un certain nombre de services d’archives départementales ont mis en ligne leurs registres matricules. Cette mise en ligne peut se faire suivant plusieurs niveaux de précision.

  •   Seulement les tables alphabétiques des noms.
  •   Avec les registres eux-mêmes.
  •   Avec indexation nominative des conscrits.

Une carte de France régulièrement tenue à jour de ces mises en ligne est visible sur le blog de La Revue française de Généalogie.

Le centenaire de la Grande Guerre a accéléré le mouvement de mise en ligne et le ministère de la culture l’a encouragée. Dans cet objectif, les ministères de la culture et de la défense ont saisi la CNIL pour qu’elle autorise la mise en ligne des registres jusqu’en 1921. Voir, par exemple sur le site GénéInfos, et la délibération de la CNIL n° 2013-281 du 10 octobre 2013.

Le portail Généalogie

Présentation

Précisons que ce portail ne concerne pas que les registres matricules mais, comme son nom l’indique, des sources pour la généalogie.
Le projet a été lancé en 2008. On pourra trouver une présentation sur le blog « Comité d’Histoire du Haut-Pays ».

Un moteur très puissant permet de faire des recherches sur les noms et prénoms et de filtrer ensuite, si nécessaire, les réponses à l’aide de facettes : précision du nom, pays ou département, dates, types de documents, bases de données (origine des descriptions).
Les résultats apparaissent sous la forme d’une liste avec les colonnes : nom, prénom, date, lieu, type de document. Quand il existe un document numérique, une icône sert de lien vers le document ou sa description sur le site du service qui le conserve.
Ci-dessous une illustration d’un extrait de réponses à une requête.

Portail Généalogie - extrait de réponses à une requête

Quelques éléments techniques

Le ministère de la culture, service interministériel des Archives de France, a élaboré un « modèle de données normalisé de données généalogiques (Nomina) » et un schéma XML de même nom.
Ci-dessous, une illustration de ce modèle extraite du document « Moteur « Généalogie » : questionnaire de paramétrage technique ».

Photo

L’indexation des registres matricules

Le service interministériel des Archives de France a rédigé un modèle de cahier des charges type pour la numérisation des registres de matricules militaires.

Bien que cela ne soit pas son objectif principal, ce document donne, en annexe, des recommandations pour une « prestation d’indexation nominative ». Il précise les problèmes posés par cette indexation nominative (coût, qualité des prestations, questions juridiques – le document est antérieur à la délibération de la CNIL n° 2013-281 du 10 octobre 2013). Il propose, pour les cas d’indexations les plus fines, un tableau avec les éléments ci-dessous :

  •   Cote
  •   Classe
  •   N° matricule
  •   Bureau
  •   Nom
  •   Prénoms
  •   Année de naissance
  •   Département de naissance
  •   Localité de naissance
  •   Département de domiciliation lors de l’enregistrement
  •   Localité de domiciliation lors de l’enregistrement
  •   Premier identifiant d’image
  •   Dernier identifiant d’image

Le travail d’Anaphore

Actuellement, deux services d’archives départementales ont demandé l’assistance d’Anaphore pour la préparation et la réalisation de la mise en ligne de leurs registres matricules en lien avec le portail Généalogie.
Nous vous tiendrons informés de l’avancement de ce chantier qui est, d’ores et déjà, bien engagé.

Si d’autres services sont intéressés, ils peuvent, bien entendu, nous contacter et nous pourrons échanger sur le sujet.